Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 10:49

Né en région parisienne, élevé à St Priest en banlieue lyonnaise, rien ne me prédisposait à devenir un fan de navigations...Et pourtant... En 1974, dès que j'ai eu mon premier boulot, je rencontre un copain qui vient de s'acheter un petit bateau à voile d'occasion, coque plastique, un Tiburon, et je fais mes premiers tours sur le lac d'Annecy.

Découverte de la voile, cet instrument merveilleux de simplicité qui permet de se déplacer sans bruit, sur l'eau, sans carburant, sans odeurs désagréables...

Je découvre aussi que l'achat d'un petit voilier n'est pas hors de portée de ma bourse, surprise agréable... Je parcours la revue bateaux, m'achète le bouquin "Cours de navigation des Glénans", et je finis par acheter un Kelt 6.20 sur le lac Léman.

Las, le vent me fait peur... et les gros nuages aussi, il me faut apprendre sérieusement à naviguer !

Un stage fait avec le Club Morbihannais de Croisière me fait découvrir les fondamentaux : ariser, ancrer, faire la bouffe synchro avec l'arrivée au mouillage (très important), se diriger. Merci à eux, je leur dois beaucoup.... Au retour, le bateau est transféré sur le lac d'Annecy.

Avec Denise et François à Annecy par temps calme.

Avec Denise et François à Annecy par temps calme.

J'apprend petit à petit, balades sur le lac, puis régates, je guette le vent toute la semaine à Lyon où j'habite alors, attendant le week end avec impatience...

Avec Epectase, on s'aventurera ensuite de Marseille à Nice en cabotage, Pierre m'accompagne une fois pour quelques jours... puis de Marseille au Cap Corse, l'ile d'Elbe, et retour...avec un couple d'amis.

Ballader un petit bateau sur une remorque est très pratique...

 

Dans le carré d'Epectase (c'est l'époque du décès de Danielou, l'évêque décédé chez une fille de joie, aubaine pour le Canard Enchaîné qui me ravit déjà).

Dans le carré d'Epectase (c'est l'époque du décès de Danielou, l'évêque décédé chez une fille de joie, aubaine pour le Canard Enchaîné qui me ravit déjà).

Je prends alors un job d'enseignant, pour profiter de belles périodes de vacances, j'ai le virus. La lecture des ouvrages de Moitessier, Gerbault, les Damien, Bardiaux, etc... a enflammé mon imagination, j'achète une coque sur plans Caroff du bateau qui est allé chatouiller les eaux arctiques, un Chatam et je construit : sablage, peinture, hublots, fermetures, réservoirs, moteur, aménagements, électricité, gréement, etc...

L'été 1981, le nouveau bateau pas tout à fait terminé baptisé Emma est mis sur la Saône, je descend le Rhône, et fait un galop d'essai : Pointe Rouge toujours, Tunisie, Bizerte, Tunis, retour par la Sardaigne, Corse, et Lyon pour des retouches : le bateau est trop lesté. 2 mois de burin à fond de cale viendront à bout de l'excès de lest constitué de béton chargé de débouchures d'acier. Ouf. Je termine les aménagements, couchettes, rideaux, etc.

Assez vite, Epectase devenu trop petit, me voici dans Emma Ma car immatriculé à Marseille (Ma)

Assez vite, Epectase devenu trop petit, me voici dans Emma Ma car immatriculé à Marseille (Ma)

Voyage d'essai d'Emma Ma Eté 1981

Voyage d'essai d'Emma Ma Eté 1981

Sur le Rhône, vers Valence...

Sur le Rhône, vers Valence...

Je quitte Port St Louis du Rhône pour Pointe Rouge pour gréer et tester Emma Ma !

Je quitte Port St Louis du Rhône pour Pointe Rouge pour gréer et tester Emma Ma !

L'été 1982, on quitte l'appartement de la Part Dieu, nos boulots, notre voiture, machine à laver, lave vaisselle, salon, etc... donnés aux copains, et à nous l'aventure, Pointe Rouge puis l'Espagne, Barcelone pour commencer. Nous n'avons pas de projet précis, sauf l'Espagne, puis le Maroc, les Canaries, après...

 

Sur la Saône, avant la 2° descente du Rhône...Départ "définitif"

Sur la Saône, avant la 2° descente du Rhône...Départ "définitif"

Descente du Rhône, une aventure en soi ... Le mât, le gréement, l'annexe, tout encombre le pont, mais tout se passera bien...

 

Certaines écluses, de 30 m de hauteur, sont impressionnantes. Ma mère et Corine... ma (jolie) nièce.

Certaines écluses, de 30 m de hauteur, sont impressionnantes. Ma mère et Corine... ma (jolie) nièce.

La vallée du Rhône, un agréable défilement par beau temps.

Manoeuvres d'écluses sur le Rhône

Manoeuvres d'écluses sur le Rhône

Dans le carré d'Emma Ma, le "thé" du Cap'tain

Dans le carré d'Emma Ma, le "thé" du Cap'tain

Détroit vers Tournon...

Détroit vers Tournon...

A Port St Louis, matage, gréement, et sortie en mer, direction port de la Pointe Rouge tout près de Marseille, régulation / réglages du compas, vérifications de dernières minutes, mouillage et contrôle de la bonne tenue de l'ancre sur le fond... Fin des approvisionnements...

1° étape, Marseille, l'Espagne...le Golfe du Lion, Cadaquès

1° étape, Marseille, l'Espagne...le Golfe du Lion, Cadaquès

Mouillage en Espagne, contrôle de la tenue de l'ancre

Mouillage en Espagne, contrôle de la tenue de l'ancre

Nous sommes ballotés par le clapot, la pétole nous agite, on n'avance pas, premiers jours de Méditerranée peu agréables.

Nous découvrons aussi le fait que je suis incapable de faire un tour de veille, je m'endors après 5 minutes. Denise essaye vaillamment de suppléer à mes incapacités...

2° étape, Cadaquès Palamos

2° étape, Cadaquès Palamos

En Méditerranée, relevé gonio au large...Les moyens de l'époque !

En Méditerranée, relevé gonio au large...Les moyens de l'époque !

Palamos Barcelona, une belle étape, une très agréable escale. Les clubs nautiques Espagnol sont très accueillants !

Palamos Barcelona, une belle étape, une très agréable escale. Les clubs nautiques Espagnol sont très accueillants !

A Barcelone, une escale de rêve... On est accueillis comme des rois, les clubs nautiques en Espagne sont fréquentés par les riches, avoir un bateau est un signe indéniable de richesse, aussi tous les visiteurs sont accueillis comme des frères, pas de cotisation, place gratuite à quai, douches gratuites, bar et bibliothèque accessibles sans limite !!! On se régale. !

Barcelone Tarragona, la côte bétonnée... à voir de loin !

Barcelone Tarragona, la côte bétonnée... à voir de loin !

Tarragona Valencia, au large les Baléares...Les vents favorables à la descente nous font rater les Baléares, dommage !

Tarragona Valencia, au large les Baléares...Les vents favorables à la descente nous font rater les Baléares, dommage !

Je rate bêtement les Baléares, car en fait j'ai peur, je crains un coup de vent d'été, et je n'ai pas de cartes pour ces îles... Je suis pressé d'arriver au Maroc et en Atlantique... moins fou que la Méditerranée.

Emma Ma au mouillage en Espagne...Valencia

Emma Ma au mouillage en Espagne...Valencia

Valence, un mouillage au milieu du port, mais une belle ville, rues pavées en rose, végétation du Sud, très agréable.

Valencia Alacant, ça sent le Sud

Valencia Alacant, ça sent le Sud

Protection des bouts de barres de flêches, mon génois y rague un peu trop !

Protection des bouts de barres de flêches, mon génois y rague un peu trop !

Alicante Carthagene

Alicante Carthagene

Cartagena Motril, bientôt Gibraltar... la fin de l'Europe

Cartagena Motril, bientôt Gibraltar... la fin de l'Europe

Nous y sommes, Gibraltar, l'extrémité sud Européenne dans ce coin Ouest Méditerranée

Nous y sommes, Gibraltar, l'extrémité sud Européenne dans ce coin Ouest Méditerranée

Gibraltar, un coin british en Espagne, nous allons sur le rocher, habité par des nuées de singes, vue sur la ville et l'aéroport, la piste de l'aéroport est coupée par la route qui rejoint la ville et le rocher...

La circulation s'interrompt lors des atterrissages ou décollages...!

On voit l'Afrique en face par beau temps...

Ici, nous quittons l'Europe pour Tanger, l'Afrique...

Ici, nous quittons l'Europe pour Tanger, l'Afrique...

Gibraltar Tanger, adieu l'Europe, pour quelque temps...

Gibraltar Tanger, adieu l'Europe, pour quelque temps...

Tanger... L'Afrique déjà, tout est différent, les constructions en terre ou pierres ocres, les costumes, les odeurs, les petits ânes montés par de gros poussah, ou tirant une petite carriole une foule dense qui vaque lentement à je ne sais quelle occupation.

Un type m'aborde, me demande si j'en veux, j'ouvre des yeux ronds de surprise, il cavale plus loin... On fait des courses de frais au souk, on va se baigner dans l'océan plus loin, on y rencontre une femme seule, qui entreprend Denise, elle se pose plein de question sur les femmes Européennes, la contraception, les tampons, etc...

Tanger Casablanca

Tanger Casablanca

Nous parcourrons le Maroc, Tanger, Casablanca sans intérêt, puis les Iles Canaries, Gran Canaria, puis Tenerife... Un petit arrière goût d'Europe encore...

Casablanca Arrécife sur Lanzarote. Le long des côtes de Mauritanie

Casablanca Arrécife sur Lanzarote. Le long des côtes de Mauritanie

Arrécife vers Las Palmas de Gran Canaria

Arrécife vers Las Palmas de Gran Canaria

Denise aux Canaries... devant un dragonnier ! Ces arbres contemporains des dinausaures...

Denise aux Canaries... devant un dragonnier ! Ces arbres contemporains des dinausaures...

Nous resterons à Las Palmas de Gran Canaria assez longuement, l'escale est agréable, aérée, ensoleillée, peu coûteuse, nous y faisons des balades en montagne avec des amis voileux.

J'ai un régulateur d'allure à installer sur Emma Ma, mon pilote automatique ne réagit pas aux variations d'orientation du vent..

Ce sera un Navik. Nous l’étrennerons en allant à Ténérife avec La Carrée Douce et un autre bateau.

Las Palmas de Gran Canaria vers Santa Cruz de Tenerife, le grand saut est pour la prochaine fois !

Las Palmas de Gran Canaria vers Santa Cruz de Tenerife, le grand saut est pour la prochaine fois !

Belle balade à pied au-dessus de Santa Cruz, tour à Taganana avec viticulteur local, hum, bons vins, hips !

Belle balade à pied au-dessus de Santa Cruz, tour à Taganana avec viticulteur local, hum, bons vins, hips !

Là encore, randonnées en montagne, au-dessus de Santa Cruz de Tenerife.

Un artisan nous prend en stop, nous fait parcourir une bonne partie de l'île en visitant ses chantiers, très belles vues sur la mer, puis nous amène chez un ami viticulteur, on bois de bons verres de vin blanc fameux et bien frais, mais déjà qu'il conduisait un peu vite à notre goût dans ces petites routes étroites vertigineuses et sinueuses, on lui fausse compagnie à un arrêt et on rentre à pied à travers la montagne... Sécurité Santé, la devise de mon copain Titine de St Priest quand nous étions ados.

Et il nous faut partir, les Iles du Cap Vert nous attendent, l'alizé est bien là, il faut se lancer.

Petit déjeuner du matin dans le cockpit au large entre Canaries et Cap Vert !

Petit déjeuner du matin dans le cockpit au large entre Canaries et Cap Vert !

Nous découvrons la vie au grand large, les poissons volants au petit déjeuner, les manœuvres très fréquentes d'adaptation des voiles, y compris la nuit ET sous la pluie, pas amusant.

Nous confirmons aussi le fait que je suis incapable de faire un tour de veille, Denise ne peut faire toute seule cette veille, alors on décide de naviguer loin des routes maritimes, donc des côtes, et on dort tranquillement toutes nos nuits. Pas très pro tout ça !

Santa Cruz de Ténérife vers Mindelo au Cabo Verde. Une grande étape...d'une semaine !

Santa Cruz de Ténérife vers Mindelo au Cabo Verde. Une grande étape...d'une semaine !

Un fort Harmattan apparaît au large des côtes Mauritaniennes, il nous pousse fortement vers notre destination, mais je dois tomber la grand voile et ne garder que le tourmentin, le mât et le gréement sont d'un beau rose, un emplâtre de fine poussière humidifié par les embruns colle sur toutes les surfaces au vent.

Nous apercevons les îles un soir, les IN (Instructions Nautiques) et les cartes indiquent un fort courant orienté SW autour de ces îles, je mets alors Emma à sec de toile pour la nuit, et pars dormir.

En pleine nuit, Denise me réveille, il y a urgence, le bateau tangue et roule comme un démon, nous sommes dans une petite anse déventée avec de gros rochers tout pointus à une vingtaine de mètres, et de grosses vagues déferlent sur Emma...

Je saute sur le contact du cockpit, mets en route le moteur qui répond au quart de tour, pousse le moteur à fond, et me prépare à recevoir la première déferlante sur l'étrave, on fait un bond, puis dans le creux qui suit, Emma s'écarte des rochers, une seconde vague arrive, on saute comme des cabris, ça passe, et on s'éloigne petit à petit de ce coin inhospitalier... Ouf.

On s'écarte de la côte, et au matin, on passera entre São Vicente, notre destination, et Santo Antão. Arrivée à Mindelo avec grand soulagement, on a eu de la chance... Merci St Frusquin...

Le séjour à Mindelo est agréable, on est sur trois ancres, deux empennelées l'une sur l'autre, une grosse ancre charrue et une plate liées par une dizaine de mètres de chaine de 10, le tout sur encore 25 m de chaîne de gros calibre suivi d'une amarre nylon de grosse taille d'une trentaine de mètres; le second mouillage est une ancre plate encore de 12 kg avec chaîne et amarre nylon de fort diamètre. Mr Harmattan est toujours là, aussi fort.

Nous explorons l'île, achetons du thon rouge frais à une vendeuse noire, toute la population de l'île est noire, bien que celle-ci ait été Portugaise. Les paysages sont désertiques, des rochers partout... un déboisement ancien explique cela.

De gros cargos déchargent des sacs de riz d'aide alimentaire issus de Russie. L'archipel est indépendant depuis 1975, un des plus démocratiques d'Afrique.

Mindelo, Cabo Verde, isla de Sao Vicente

Mindelo, Cabo Verde, isla de Sao Vicente

Mindelo, Santa Lucia, île voisine, déserte à souhait (un couple, une petite fille, un chien, pêcheur sans barque)

Mindelo, Santa Lucia, île voisine, déserte à souhait (un couple, une petite fille, un chien, pêcheur sans barque)

En partant pour le Sénégal, le fort harmattan nous rattrape entre São Vicente et Santa Luzia, et nous pousse à stopper sur la côte sud de cette petite île, en face d'une plage de sable blanc et d'une "maison" ruinée sans toit ni porte.

Bien que mouillés tout près de la plage, on a bien du mal à rejoindre la plage avec notre annexe tant le vent est fort. On y rencontre une femme avec une petite fille et un chien, l'homme est pêcheur, mais du bord, trop pauvre pour avoir une barque.

Des pêcheurs de Mindelo passent de retour de leur propre pêche leur apporter du riz et du sel, en échange de leurs poissons séchés au soleil. On rentre à notre bord, et le lendemain on retourne à la plage, avec une poupée pour la petite fille et un flacon de parfum pour sa mère... Drôle de cadeau !

Nous en aurons honte rétrospectivement, on aurait du lui offrir une ou deux boîtes de bonnes conserves françaises et deux ou trois bouteilles de vin rouge.

Saut pour l'Afrique Noire, Dakar au Sénégal comme 1° escale.

Saut pour l'Afrique Noire, Dakar au Sénégal comme 1° escale.

Après le Cap Vert, encore un peu d'Europe en trace, puisque la langue est le Portugais, on va au Sénégal...

Dakar. Notre ami Patrice sur Folie Douce qui a fait pas mal de régates en Méditerranée s'est rendu compte après Gibraltar qu'il paniquait quand aucune côte n'était plus en vue. Sa copine Christine l'a calmé et rassuré, ils sont arrivés à Las Palmas où on a fait leur connaissance. On est allés ensemble à Ténérife, sans problème. Mais ils ne sont pas partis pour le Cap Vert en même temps que nous... La trouille. On les retrouve au marché de Dakar, venus en avion, ils vendent leur bateau et rentrent chez eux...dépités.

Puis nous descendons au sud, visite du fleuve Siné Saloum, très agréable, belles rencontres, nous voyons là des traînées d'étoiles de nuit quand nous ramons dans notre annexe. Une multitude de petits organismes phosphorescents vivent dans ces eaux pures et saumâtres. Les palétuviers sont légions et bordent les innombrables îles du delta. Crabes, oiseaux, poissons, singes lors de nos balades, beaucoup de vie par ici.

 

Balade sur le Siné Saloum, la Gambie, la Casamance, superbes !

Balade sur le Siné Saloum, la Gambie, la Casamance, superbes !

Navigation sur le Siné Saloum, découverte des premières cases en terre et végétal !!! Comme dans Tintin !

Navigation sur le Siné Saloum, découverte des premières cases en terre et végétal !!! Comme dans Tintin !

Nous descendons au sud, visite du fleuve Siné Saloum, très agréable, belles rencontres, nous voyons là des traînées d'étoiles la nuit quand nous ramons dans notre annexe. Une multitude de petits organismes phosphorescents vivent dans ces eaux pures et saumâtres. Les palétuviers sont légions et bordent les innombrables îles du delta. Crabes, oiseaux, poissons, singes lors de nos balades, beaucoup de vie par ici.

Saut en Gambie, pas accueillante, on file donc au Sud visiter la Casamance... qui appartient encore au Sénégal.

Carénage en Casamance, on prépare le départ pour le Sud, pot au noir, et Côte d'Ivoire !

Carénage en Casamance, on prépare le départ pour le Sud, pot au noir, et Côte d'Ivoire !

En Casamance, accueillante, on profite des marées pour nettoyer la coque d'Emma, gratter les intrus, refaire un antifouling pour le trajet Sénégal / Côte d'Ivoire et le passage du Pot au Noir et de la Ligne... (Équateur).

Un dispensaire est installé à Ziguinchor à une cinquantaine de kilomètres de l'embouchure piloté par des sœurs Italiennes, nous les avons croisées en balade dans le bourg, deux d'entre elles appellent sur la rive; notre voisin va voir : elles annoncent une mauvaise nouvelle, une épidémie de méningite, très dangereuse, et donc elles nous préviennent qu'une vaccination collective est prévue le lendemain le matin.

Nous descendons à terre, et prenons une file d'attente qu'on nous indique : hommes, femmes, enfants et animaux font la queue, oui oui derrière moi un homme tiens un bouc. La vaccination est très rapide, au pistolet pneumatique, un suceur trempe dans un bac en plastique contenant le vaccin, et nous injecte la dose en traversant la peau grâce à une forte pression, je suis donc vacciné juste avant un bouc sénégalais...

Nous carénons Emma qu'on échoue sur une rive de la Casamance, le marnage n'est pas très fort, on ne grattera ni peindra pas toute la carène, mais ce sera mieux que rien.

On prépare notre première incursion en hémisphère Sud...

La navigation près de la côte en approche d'Abidjan est impressionnante, arbres immenses d'une cinquantaine de mètres de hauteur !!!

Sénégal vers la Côte d'Ivoire, nous longeons la côte Ouest... à bonne distance, pour éviter les cargos et les pirates...

Sénégal vers la Côte d'Ivoire, nous longeons la côte Ouest... à bonne distance, pour éviter les cargos et les pirates...

Nous resterons quelques mois en Côte d'Ivoire, Denise travaillant à Abidjan, moi tout près de Man près des frontières du Libéria et de la Guinée. En allant à mon boulot (une scierie) un jour je vois en bord de route un roi richement habillé, couronné d’une vraie couronne en or, et toute sa tribu assise sous un grand manguier, il y a conseil de tribu. Je n'en reviens pas d'avoir pu assister à cette scène...

 

A Abidjan, départ pour le Brésil.

A Abidjan, départ pour le Brésil.

Notre escale en Côte d'Ivoire a assez duré, nous repeignons Emma, et en route pour le Brésil, nous voici le jour du départ d'Abidjan, photo prise par notre copain hébergeur ...

On a fait le plein de choux, oranges, on se prépare à une traversée de plus de 20 jours... qui durera 30 jours, Emma est rapide comme un Aï...

Abidjan vers Bahia de Todos os Santos, 30 jours de traversée

Abidjan vers Bahia de Todos os Santos, 30 jours de traversée

Bahia nous a beaucoup plu. La ville est belle, truffée d'églises, mais toutes belles, les maisons ont un côté colonial XVII° du plus bel effet. Nous sommes mouillés dans le port non loin du fort, cul au quai, pratique pour débarquer.

On mange des acarajés savoureux et pas chers, des fruits frais, on déambule dans la ville, on monte sur le plateau par l'ascenseur, belles vues sur l'océan bleu et calme. De gros bateaux en bois à voile les "saveiros" amènent à la ville des fruits, légumes, viandes, issus de l'intérieur du pays.

Nous ferons des excursions à la voile à partir de Bahia, des tours en bus dans le pays : un voyage à Rio de Janeiro, Ouro Preto la région des mines de pierres précieuses, et quelques villages ou petites villes pas loin, pour ne pas abandonner notre Emma trop longtemps toute seule.

Avec Emma, on va en face à Itaparica, une merveilleuse petite île, le mouillage est sûr, on se balade le nez au vent dans l'alizé qui est ici à la bonne température, assez frais, soleil magnifique, végétation édénique et linge volant au vent. Que des beaux souvenirs.

Le mouillage de l'époque à Salvador de Bahia, près du vieux fort. Le centre ville est à deux pas, très pratique.

Le mouillage de l'époque à Salvador de Bahia, près du vieux fort. Le centre ville est à deux pas, très pratique.

La baie de Salvador est un paradis pour les voiliers, l'île d'Itaparica en face est un bonheur à elle seule...Maragogipe vaut aussi le détour...

La baie de Salvador est un paradis pour les voiliers, l'île d'Itaparica en face est un bonheur à elle seule...Maragogipe vaut aussi le détour...

 

On quitte Itaparica et on va ensemble à Maragogipe, une petite localité non loin de Bahia. Soirée sur une plage de terre près d'une petite maison d'un journalier Brésilien. Maison en terre, pas porte ni fenêtre, mais un toit ici.

Maragogipe avec les copains d'alors : Alain et Dane du Gueux, Marc et Laurence de Rantanplan, Jean-Louis et Claudine de Biwi, et d'autres...

Maragogipe avec les copains d'alors : Alain et Dane du Gueux, Marc et Laurence de Rantanplan, Jean-Louis et Claudine de Biwi, et d'autres...

Balade au Moro de sao Paulo, remontée du Rio das Almas. Nous vivrons ici de merveilleux jours...Dégustant des "siris", gros crabes bleux délicieux...

Balade au Moro de sao Paulo, remontée du Rio das Almas. Nous vivrons ici de merveilleux jours...Dégustant des "siris", gros crabes bleux délicieux...

Après Maragogipe, retour rapide à Bahia, puis nous descendons la côte sur 30 miles environ, pour entrer au Morro de São Paulo sur le rio de Taperoa. Séjour idylique là encore... Régal de gros crabes bleus des sables, achetés sur le marché de São Felix.

Le séjour à Salvador de Bahia dure, il nous faut partir, nos visas ne sont que de 6 mois... Nous prenons la route du Nord...

Nous remontons par étapes de deux, trois, quatre jours selon les vents... et les courants. Assez dur sur cette portion, vent et courants contraires, à nous les bords de près...

Nous remontons par étapes de deux, trois, quatre jours selon les vents... et les courants. Assez dur sur cette portion, vent et courants contraires, à nous les bords de près...

La remontée est assez dure, vent dans le nez et petit clapot qui freine Emma, en plus un petit courant nord-sud est annoncé par les IN, dur dur. A Aracaju nous mouillons dans le Rio Sergipe, dans 5 mètres d'eau, assez loin de l'embouchure. Bon repos.

A Maceio un port assez ouvert nous accueille pour quelques heures. Nous continuons de remonter au Nord en tirant des bords, au large la nuit, vers la côte le jour. La vitesse d'Emma est très faible, nous n'avons pas caréné à Bahia, trop peu de marnage, on fera cela dès que possible vers Natal ?

Maceio Récife, nous n'avons pas caréné à Bahia, trop peu de marée, alors nous nous trainons...A Récife, échouage sur la plage, grattage et peinture...

Maceio Récife, nous n'avons pas caréné à Bahia, trop peu de marée, alors nous nous trainons...A Récife, échouage sur la plage, grattage et peinture...

A Recife, une plage de sable et un bon marnage nous encouragent à caréner. On fait cela vite fait bien fait, sans le bas de quille. La remontée vers Natal sera bien plus facile et rapide.

Récife Natal, c'est mieux, toujours des vents contraires, grains, mais la peinture fait son effet, ça avance mieux.

Récife Natal, c'est mieux, toujours des vents contraires, grains, mais la peinture fait son effet, ça avance mieux.

Natal Fortaleza, là c'est le pied, courant et vent portant, ça déménage... Belle escale à Fortaleza.

Natal Fortaleza, là c'est le pied, courant et vent portant, ça déménage... Belle escale à Fortaleza.

Fortaleza nous a plu aussi, par ses Jangada, de drôles d'embarcations de pêcheurs de 7 mètres de long environ, faites de quelques troncs de balsa reliés par des cordages, avec un mât et une voile triangulaire, un coffre avec couvercle. Un équipage de deux à trois marins lui permet d'aller pêcher au large, dans ces eaux heureusement chaudes et rarement tempétueuses... Le poisson pêché est stocké à l'abri du soleil dans la caisse préalablement garnie de glace.

Des jangadas de Fortaleza, BrésilDes jangadas de Fortaleza, BrésilDes jangadas de Fortaleza, Brésil

Des jangadas de Fortaleza, Brésil

Fortaleza Cayenne, en passant au large de l'Amazone, qu'on ne saurait manquer, les eaux boueuses trahissent sa présence, même à 400 km au large !

Fortaleza Cayenne, en passant au large de l'Amazone, qu'on ne saurait manquer, les eaux boueuses trahissent sa présence, même à 400 km au large !

Avec Dominique à bord d'Emma... à Cayenne.

Avec Dominique à bord d'Emma... à Cayenne.

Cayenne, ses maisons créoles, superbes...

Cayenne, ses maisons créoles, superbes...

Et Hop, me voilà sur le Maroni, un fleuve de Guyane Française, descente en pirogue de ce fleuve en quelques jours, nous logeons chez les Indiens du bord du fleuve, charmants petits villages impeccables, sols de sable fin soigneusement balayés pour ne pas se blesser les pieds...On a quitté nos chaussures depuis longtemps...

Sur le Maroni

Sur le Maroni

Carbet en foret équatoriale...

Carbet en foret équatoriale...

J'ai adoré le "camping" façon Guyane, des "carbets" de passage sont offerts aux randonneurs promeneurs baladeurs, il faut apporter son hamac, et vous voilà à l'abri des pluies... Un feu pour la cuisine du Couac (manioc en granulés assez fins), et sa fumée pour éloigner les moustiques la nuit et les animaux indésirables... Nous y verrons tamanoirs, un jaguar, des glouglous (sortes de dindons sauvages), des serpents bien sur, araignées, toute une faune bien typique...La nuit, tout ce petit monde crie, aboie, miaule, jacasse, pépie, c'est joyeux et plein de vie...Et nous dans nos hamacs, balançons mollement au fil de la légère brise...

Bestiole locale...

Bestiole locale...

Mon frère m'ayant rendu visite à Kourou, je l'emmène en balade à St Laurent du Maroni, il fait très chaud, et j'avais déjà pratiqué le bain rafraîchissant dans un trou d'eau le long de cette route... Je m'arrête donc là, et on se baigne un bon quart d'heure, le temps de se rafraîchir suffisamment, on se rhabille, et là on voit monter à la surface un beau serpent de deux mètres de long ! Brrr, très rafraîchissant...

Plage de Kourou face à l'hotel des Roches avec mon frère et son épouse

Plage de Kourou face à l'hotel des Roches avec mon frère et son épouse

En Guyane, Denise a trouvé un job de secrétaire pour le cinéma de Cayenne, moi d'ingénieur qualité pour Ariane, à Kourou...

Navigations...

Mon frère vient me rendre visite à Kourou, on va voir les tortues Luth pondre sur les plages de St Laurent du Maroni. Elles sont énormes, plus d'un mètre 80 de longueur, 250 à 300 kg, elles pondent la nuit sur les plages de sable...

Dans mon appart à Kourou avec Pierre !

Dans mon appart à Kourou avec Pierre !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Bernard
  • : Voyages et photos mais pas que ! Coups de gueule parfois, questions existentielles, etc...
  • Contact

Recherche

Liens